vtech2-hd home
    
   Anonymous home
   Main
 Accueil
 Discussions
 Forums
 Messages Privés
 News
 Sujets
 Articles Archivés
 Soumettre un Article
 Articles récents
 Download & Liens
 Liens Web
 Supporters
 Partenaires
 Contenu
 Contenu
 Top 10
 Compte-Rendus
 Sondages
 Infos
 Contact
 Recommend_Us
 Recherches
 Votre Compte
 FAQ
 Multimédias
 Travaux
   EXPOSANTS
Il n'y a rien dans ce block.
   Langages
Sélectionnez la langue de l'interface:

   Articles Archivés
20, juin mercredi
· Meilleure compréhension de l'incapacité chronique
· Maladies psychosomatiques : quand l'esprit joue sur les maux
· Protection respiratoire contre les bioaérosols
06, février mardi
· pour traiter les caries sans aiguille et sans fraise
29, janvier lundi
· outils inédits de reconnaissance de l'expression faciale de l'émotion
17, janvier mercredi
· Pneumatiques et bruit routier
11, janvier jeudi
· presentation du site comprendre pour agir
09, janvier mardi
· POUR ou CONTRE le port des bouchons d'oreilles ?
· Pourquoi le bio est moins cher ?
· Système de management intégré Qualité, Sécurité, Environnement : stratégies et
13, août dimanche
· Gere définir, lier, communiquer et améliorer ISO 9001, 14001 et 18001
19, juillet mercredi
· La prévention des risques psychosociaux
· Fiche de bricolage en securite
· Le Codex Alimentarius
· semaine sans pesticides
20, juin mardi
· Palette de transport légère et recyclable
18, juin dimanche
· amiante: L'OIT adopte de nouvelles mesures sur la sécurité et la santé au travai
15, juin jeudi
· Nouveau produit non toxique qui tue le H5N1, le Sras,...
12, juin lundi
· Mesurer votre environnement sonore
06, juin mardi
· Modélisation systémiqe d’un système sécurité : Modèle MPE
05, juin lundi
· La grippe aviaire a sa norme
04, juin dimanche
· Prévention des risques électriques et chimiques
12, février dimanche
· 23 mars 2006 - FORUM Gestion de Crise
04, février samedi
· UTILISATION, CONDUITE & ENTRETIEN DES VEHICULES
31, janvier mardi
· recherche de contacts
29, janvier dimanche
· Formation HSE bac + 5
10, octobre lundi
· A+A 2005 : salon securite hygiene
04, septembre dimanche
· SECURITE INCENDIE CERTIFICATIONS APSAD
31, août mercredi
· Cinq exercices pour se détendre après le boulot
10, août mercredi
· BIOTOX. Inventaire des laboratoires effectuant des dosages de toxiques industrie

Archives
STRESS au TRAVAIL
Sante
Sante
2308 lectures
Transmis par webmaster le 7 novembre 2009 à 23:10:16

Outils de sensibilisation

« Les mécanismes du stress au travail ». SWF 5. 2008, animation Flash (fichier zip pour téléchargement)

« Harcèlement moral au travail. Généralités et contexte français » (dossier Web)
www.inrs.fr/dossiers/harcelement.html

« Suicide en lien avec le travail » (dossier Web)
www.inrs.fr/dossiers/suicide.html
« Travail et agressions. État des lieux et prévention des risques » (dossier Web)
www.inrs.fr/dossiers/agression.html

« Santé mentale au travail » (dossier Web)
www.inrs.fr/dossiers/santementale.html
« Et s'il y avait du stress dans votre entreprise ? ». ED 973. 2006, 19 p. (format pdf, 2,4 Mo)

« Le stress au travail, le démasquer pour le prévenir. Trois films ». DV 0365. 2006 (DVD vidéo)

« Face au stress, les préventeurs se mobilisent ». Dossier. Travail et Sécurité, n° 640, mai 2004 (format pdf, 416 ko)

« J'ai mal au travail : stress, harcèlement, violences ». DV 0327. 2004 (DVD vidéo)




Pour intervenir dans l’entreprise

« Stress au travail. Les étapes d’une démarche de prévention ». ED 6011. 2007, 34 p. (format pdf, 1,7 Mo) faire lien sur ref vers descriptif

« Dépister les risques psychosociaux : des indicateurs pour vous guider ». ED 6012, 2007, 49 p. (format pdf, 2,2 Mo)


Pour aller plus loin

CHOUANIERE D. « Stress et risques psychosociaux. Concepts et prévention ». Dossier médico-technique. TC 108. Paru dans les Do*****ents pour le médecin du travail, 2006, 18 p. (format pdf, 1,2 Mo)
FRANÇOIS M., LIEVIN D. « Démarche de prévention du stress au travail. La réalisation d’un diagnostic organisationnel ». Etudes et enquêtes. TF 150. Paru dans les Do*****ents pour le médecin du travail, 2006, 11 p. (format pdf, 98 ko)
« Le stress au travail, une réalité. Quelle prévention, quels acteurs et quels outils ? » (Nancy, 1er et 2 février 2007). Actes du colloque. NS 270. 2007, 92 p. (format pdf, 1 Mo)
« Le stress au travail, une réalité. Quelle prévention, quels acteurs et quels outils ? ». Compte-rendu du colloque organisé par l’INRS. TD 155. 2007, 25 p. (format pdf, 331 ko)
GUILLEMY N. « Stress et harcèlement moral. Aperçu réglementaire et jurisprudence ». Août 2008, 15 p. (format pdf, 118 ko)
« Santé et sécurité dans les métiers de la restauration ». DV 1575. 2006 (DVD vidéo, une partie de ce DVD abordant le stress vu côté cuisine et côté salle d'une grande brasserie)
GROSJEAN V., RIBERT-VAN DE WEERDT C. « Les modes de management dans un centre d’appel et leurs conséquences sur le bien-être des opérateurs ». Note scientifique et technique. NS 234. 2003, 40 p. (format pdf, 3,9 Mo)
COHIDON C. ; CHOUANIERE D. ; NIEDHAMMER I. « Catégorie socioprofessionnelle et contraintes au travail ». Note scientifique et technique. NS 227. 2002, 300 p. (format pdf, 1 Mo)


Sites de référence


Page « Statistiques Conditions de travail » du ministère chargé du Travail
http://www.travail-solidarite.gouv.fr/etudes-recherche-statistiques-dares/statistiques/conditions-travail/80.html
« Prévention des risques psychosociaux au travail », site de la semaine européenne 2002 de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail
http://ew2002.osha.europa.eu/
Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (ANACT)
www.anact.fr
Institut de veille sanitaire (InVS)
www.invs.sante.fr
Page consacrée à la 4e enquête européenne sur les conditions de travail / Fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail, 2005
http://www.eurofound.europa.eu/ewco/surveys/EWCS2005/index.htm
Chaire en gestion de la santé et de la sécurité au travail dans les organisations de la Faculté des sciences de l'administration (GGSST - FSA - Université de Laval / Québec / Canada)
http://cgsst.fsa.ulaval.ca/




(commentaires ? | Score: 0)
Analyse des stratégies de manutention chez des éboueurs au Québec
Sante
Sante
2301 lectures
Transmis par webmaster le 7 novembre 2009 à 22:57:37

Maura a écrit : "L'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) vient de publier une analyse des stratégies de manutention chez des éboueurs au Québec

Le travail des éboueurs en est un exigeant qui implique à la fois de manutentionner plusieurs tonnes de déchets quotidiennement (entre 2,8 et 3,4 tonnes/heure) et de se déplacer sur de longues distances (entre 12 et 15 km / quart de travail). Cette étude avait pour but d’identifier les stratégies de manutention d’un groupe d’éboueurs – et leurs adaptations éventuelles – dans l’optique de bonifier les programmes actuels de formation à la manutention dans ce secteur.

"




(commentaires ? | Score: 0)
Congrés ergonomie santé au travail
Sante
Sante
2455 lectures
Transmis par webmaster le 7 novembre 2009 à 22:56:05

Invité a écrit : "les 25 et 26 juin 2009 à Paris le GEDER (Le GROUPEMENT D'ETUDE POUR LE DEVELOPPEMENT DE L'ERGONOMIE EN READAPTATION) il organisera cette année un 7ème congrés national ambitieux sur les problématiques du maintien dans l’emploi des personnes handicapées au regard des nouveaux contextes législatifs et économiques..

Lieu : Espace Saint Martin (199 bis, rue Saint Martin 75003) Paris
Date : 25 et 26 juin 2009
Titre : « Situations de handicap au travail et changements :
Nouveaux contextes, crises et parcours professionnels durables »
Inscription : Carine CHAUVEAU, Secrétariat du GEDER
Tél.: 05 53 66 89 55 -Fax : 05 53 66 38
E-mail : geder@wanadoo.fr
Information site web: http://geder.free.fr/
"




(commentaires ? | Score: 0)
Santé psychologique - guide IRSST
Sante
Sante
2277 lectures
Transmis par webmaster le 7 novembre 2009 à 22:53:38

Invité a écrit : "L’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) vient de publier un guide qui propose une démarche, des outils et des recommandations simples pour les intervenants dans des organisations désirant d’entreprendre une prévention rigoureuse et efficace des problèmes de santé psychologique au travail.

Les problèmes de santé psychologique au travail connaissent une croissance importante avec l’intensification du travail. Les impacts se font sentir dans la société, les organisations, auprès des individus, et ce, dans tous les secteurs économiques. Heureusement, un nombre grandissant d’organisations tentent d’intervenir avant même que les conséquences soient considérables. Toutefois, il existe encore peu d’information et d’outils pratiques permettant de mener une démarche préventive pour agir sur les problèmes de santé psychologique au travail.

Pour télécharger le guide : http://www.irsst.qc.ca/files/do*****ents/PubIRSST/RG-618.pdf
"




(commentaires ? | Score: 0)
La prévention des problèmes de santé mentale au travail
Sante
Sante
2653 lectures
Transmis par webmaster le 2 décembre 2008 à 00:00:00

Maura a écrit : "La prévention des problèmes de santé mentale au travail L’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) publie un rapport de recherche évaluant la mise en place d’interventions organisationnelles en prévention du stress au travail auprès de trois organisations. La santé psychologique est un enjeu fort important si on tient compte que 30.8% des travailleurs canadiens affirment que la plupart de leurs journées de travail sont considérablement ou extrêmement stressantes (Statistique Canada, 2003). Le stress au travail est associé à plusieurs problèmes de santé chez les travailleurs, à un faible degré de satisfaction au travail et à une baisse de productivité. D’ailleurs, plusieurs études recommandent d’intervenir pour éliminer sinon réduire les sources du stress au travail. Certains chercheurs suggèrent de classifier les intervention selon leur niveau. Le niveau primaire consiste à prévenir les risques en agissant sur leurs causes, le niveau secondaire vise l’amélioration de la gestion du stress par l’individu tandis que le niveau tertiaire a pour objet la réadaptation et le traitement. L’étude publiée par l’IRSST démontre que les interventions ciblant la réduction des risques à la source tendent à diminuer de manière importante l’exposition aux contraintes de l’environnement de travail. Les interventions qui ont connu le plus de succès ont ciblé quelques problèmes concrets à la fois. Le chercheur et son équipe ont élaboré une démarche comportant trois phases : diagnostic, intervention et évaluation. Ayant achevé la première phase, ils collaborent maintenant avec des organisations pour établir un programme structuré visant trois objectifs : créer un outil de diagnostic qu'elles pourront utiliser directement, do*****enter et améliorer les démarches de prévention des problèmes de santé mentale au travail et élaborer une démarche stratégique de prévention à cet égard. Bibliographie Brun, J.-P., Biron, C., Ivers, H. (2007). Démarche stratégique de prévention des problèmes de santé mentale au travail, Hans dans Études et recherches / Rapport R-514, Montréal, IRSST, 2007, 78 pages http://www.irsst.qc.ca/fr/_publicationirsst_100307.html Statistique Canada. (2003). L’emploi et le revenu en perspective. Catalogue de Statistique Canada, 4, 19. "




(commentaires ? | Score: 0)
Les effets sur la santé reliés aux nanoparticules
Sante
Sante
2637 lectures
Transmis par webmaster le 2 décembre 2008 à 00:00:00

Invité a écrit : "L’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) vient de publier sa deuxième revue de littérature sur les risques pour la santé liés aux nanoparticules (NP). Celle-ci permet de réaliser l’ampleur des recherches actuelles dans ce domaine mais de constater aussi que les effets toxiques des NP sur l’humain et sur l’animal ne sont que partiellement connus.

Il est tout de même clairement établi que certaines nanoparticules insolubles peuvent franchir les différentes barrières de protection de l’humain, se distribuer dans l’organisme et s’ac*****uler dans certains organes et à l’intérieur des cellules. Des effets toxiques ont déjà été do*****entés aux niveaux pulmonaire, cardiaque, reproducteur, rénal, cutané et cellulaire.

Alors que la revue de littérature publiée en 2006 concluait que la toxicité était liée à la surface des particules et non à leur masse, on sait aujourd’hui que de nombreux autres facteurs peuvent influencer la toxicité de ces produits dont leur taille, leur nombre, leur forme et leur structure cristalline, leur tendance à l’agrégation, leur réactivité de surface, leur composition chimique et leur solubilité. Évidemment, l’évaluation du risque pour la santé doit également tenir compte de la voie d’exposition, de la durée et de la concentration de même que de la susceptibilité individuelle ainsi que de l’interaction des particules avec les composantes biologiques et leur évolution biologique.

Quoique de grandes tendances se dessinent et démontrent de nombreux effets toxiques reliés aux NP, il ressort que chaque produit pourrait avoir une toxicité qui lui est propre. Le responsable de cette revue de littérature, le chimiste Claude Ostiguy, croit que « Les effets toxiques do*****entés sur des animaux de même que les caractéristiques physico-chimiques des NP justifient de prendre dès à présent toutes les mesures nécessaires pour limiter l’exposition et protéger la santé des personnes potentiellement exposées. »

Préoccupation d’avenir
L’instauration de procédures strictes de prévention demeure, selon lui, la seule façon de prévenir l’exposition professionnelle et le risque de développement de maladies professionnelles autant pour les chercheurs et les étudiants qui font le développement que pour les travailleurs qui oeuvrent à la synthèse, à la transformation ou à l’utilisation de NP. Il recommande que les efforts de recherche soient axés sur le développement de stratégies et d’outils d’évaluation de l’exposition de même que sur le développement et la mesure de l’efficacité de moyens de contrôle de l’exposition professionnelle aux NP.

On prévoit que le nombre de travailleurs québécois exposés aux NP, tant par leur utilisation et leur transformation que par leur production, s’accentuera au cours des prochaines années. Plusieurs produits sont déjà commercialisés et quelques entreprises québécoises ont maintenant la capacité de fabriquer des NP à grande échelle. D’ailleurs, l’IRSST publiera sous peu un guide de bonnes pratiques pour la manipulation sécuritaire des nanoparticules.

La revue de littérature est disponible et téléchargeable gratuitement à :
http://www.irsst.qc.ca/files/do*****ents/PubIRSST/R-558.pdf
"




(commentaires ? | Score: 0)
Conjuguer travail et école à 18 ans
Sante
Sante
2571 lectures
Transmis par webmaster le 7 décembre 2008 à 23:19:06

Maura a écrit : "Avoir 18 ans et travailler pendant ses études, c’est renoncer à des temps de loisirs, développer une expérience de travail mais aussi s’exposer à des risques. Devant composer avec davantage de contraintes organisationnelles et physiques dans leur emploi que les travailleurs plus âgés, les jeunes sont souvent victimes de lésions professionnelles. Le *****ul travail-école et les contraintes auxquelles les jeunes doivent faire face ont un impact à la fois sur leur persévérance scolaire et sur leur santé et leur sécurité. C’est ce que démontre une nouvelle étude menée par l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) sur les conditions de travail et d’emploi d’une cohorte de jeunes de 17-18 ans. Cette étude brosse notamment un portrait des caractéristiques des emplois occupés par les jeunes, des contraintes organisationnelles et physiques auxquelles ils sont exposés lors de leur travail.

Portrait de jeunes travailleurs
La témérité et le manque de formation des jeunes travailleurs sont souvent montrés de doigt pour expliquer le fait qu’ils présentent un risque accru d’accident de travail. Cependant, en menant une enquête auprès 229 jeunes occupant au moins un emploi, les chercheurs ont constaté que d’autres facteurs, telles comme les conditions d’insertion en emploi, d’exercice du travail ainsi que les conditions d’emploi concourent davantage à la plus grande vulnérabilité des jeunes travailleurs. Les jeunes travaillent surtout dans de petites entreprises et dans le secteur des services. Ils occupent des emplois qui les exposent à des nombreuses contraintes : horaires irréguliers, horaires de nuit, travail répétitif, manipulation d’objets lourds, bruit, vibrations des machines et des outils, etc. Ces conditions favorisent l’émergence de troubles musculo-squelettiques, de fatigue et de risques accrus de lésions professionnelles chez les jeunes travailleurs.

Résultats
Près de deux jeunes sur trois ayant occupé un emploi déclarent avoir souffert de douleurs au dos, 45% au cou et à la nuque et 39% des jeunes travailleurs ont eu des problèmes aux membres inférieurs. Les résultats suggèrent donc que les douleurs au dos se développent assez tôt dans le parcours professionnel des jeunes. Près du tiers des répondants déclarent que leurs douleurs limitent leurs activités. Toutefois, les jeunes travailleurs n’établissent pas nécessairement de liens entre ces douleurs et l’emploi qu’ils occupent. Entre 2000 et 2002, les jeunes représentaient 12% des travailleurs québécois, mais plus de 19 000 lésions ont été annuellement observés pour ce groupe d’âge, ce qui constitue 17% de l’ensemble des lésions indemnisées par la CSST

"




(commentaires ? | Score: 0)
L'arrivée des nanomédicaments
Sante
Sante
3161 lectures
Transmis par webmaster le 1 juillet 2007 à 23:30:48

Invité a écrit : "L'arrivée des nanomédicaments


MEDECINE. La molécule thérapeutique atteint plus précisément sa cible.



Pierre Le Hir, Le Monde
Mardi 13 février 2007



Le nanomonde n'est plus une utopie: ses promesses commencent à se concrétiser, particulièrement dans le domaine de la santé. Ainsi en va-t-il des médicaments du futur - les nanomédicaments - que permettent d'ores est déjà d'élaborer les nanotechnologies, en usinant la matière à l'échelle du milliardième de mètre, soit la taille d'une molécule.

Avec les chimiothérapies actuelles, il est souvent difficile d'«adresser» une molécule thérapeutique vers l'organe, le tissu ou la cellule malades. Les principes actifs du médicament peuvent être libérés loin du site d'action visé, perdant ainsi de leur efficacité et risquant, de surcroît, d'entraîner des effets secondaires toxiques pour des zones saines de l'organisme.

Essais cliniques sur l'homme

La mise au point de vecteurs de médicaments de taille nanométrique est en passe de contourner cet obstacle, explique Patrick Couvreur, directeur de l'unité physico-chimie, pharmacotechnie et bio-pharmacie (Université de ParisXI-CNRS). Le principe consiste à insérer la molécule active dans de minuscules capsules ou vésicules creuses, ou encore à l'introduire dans des nanotubes de carbone, qui la protègent et permettent, une fois cette nanosonde introduite dans l'organisme par voie intraveineuse ou orale, de contrôler sa libération dans le temps et dans l'espace. La nature a cependant, elle aussi, plus d'un tour dans son sac: les nanovecteurs de première génération sont reconnus comme des corps étrangers et captés par des cellules - les macrophages - du foie, où ils se concentrent donc. Ce processus peut certes être mis à profit pour optimiser le traitement des métastases et des cancers hépatiques, comme l'hépatocarcinome. Un des médicaments anticancéreux les plus utilisés, la doxorubicine, a en effet l'inconvénient de provoquer des troubles cardiaques sévères. Des tests sur des souris ont montré que le même médicament, administré sous forme de nanoparticules, s'avère non seulement actif à dose beaucoup plus faible, mais, en outre n'entraîne pas d'insuffisance cardiaque, sa diffusion restant cantonnée à la zone hépatique. Des essais cliniques sur l'homme sont en cours et une start-up, Bioalliance, employant 70 personnes et cotée en Bourse, a été créée pour exploiter ce procédé.

Echapper aux macrophages

Que faire toutefois quand la tumeur ou la pathologie n'est pas localisée dans le foie? Les chercheurs développent aujourd'hui des nanovecteurs de deuxième génération, dits «furtifs» parce qu'ils sont recouverts d'une sorte de leurre: des polymères qui leur permettent d'échapper à la traque des macrophages du foie. Ces clandestins parviennent ainsi à franchir la barrière hématoencéphalique, ce qui ouvre des espoirs nouveaux pour le traitement des tumeurs ou des maladies dégénératives cérébrales.

Missiles intelligents

Déjà, annonce Patrick Couvreur, des nanovecteurs de troisième génération sont à l'étude. Dotés d'une «tête chercheuse» - des ligands (anticorps, peptides, sucres, acides) reconnaissent les antigènes ou les récepteurs spécifiques des cellules cancéreuses ou infectées -, ils seront capables d'atteindre précisément leur cible. Autre avantage de ces missiles intelligents miniaturisés: il est possible d'y intégrer des nanoparticules métalliques qui, excitées par un laser ou des ultrasons, s'échauffent et détruisent, sélectivement, les cellules tumorales.

Les nanotechnologies ouvrent encore d'autres voies à la médecine de demain. Ainsi, les chercheurs évoquent des laboratoires sur puces, ou biopuces, pour les diagnostics et les tests génétiques précoces, ou bien des prothèses et implants rendus, grâce aux nanomatériaux, plus résistants et davantage biocompatibles.

http://www.letemps.ch/template/multimedia.asp?page=rendezvous&artid=200280 "




(commentaires ? | Score: 0)
Changer l'environnement psychosocial du travail pour améliorer la santé mentale
Sante
Sante
3316 lectures
Transmis par webmaster le 3 juin 2007 à 22:27:45

Maura a écrit : "Voici un do*****ent publié par l'Institut de recherche Rober-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) qui résulte d'une recherche épidémiologique au cours de laquelle les chercheurs ont évalué une intervention participative (employeurs, syndicats et direction) visant à prévenir des problèmes de santé mentale liés au travail, menée auprès du personnel soignant d'un hôpital. Cette intervention cible des contraintes reconnues pathogènes de l'environnement psychosocial du travail : demande psychologique élevée, latitude décisionnelle et soutien social faibles, déséquilibres entre les efforts investis et la reconnaissance reçue. Les résultats préliminaires permettent d'espérer une réduction de l'absentéisme découlant de la diminution des problèmes de santé mentale, une baisse du roulement de personnel ainsi que des coûts des soins de santé et des indemnités versées aux victimes de lésions professionnelles associés à ce type de problèmes, avec, en parallèle, une hausse de l'efficacité et de la productivité. Les auteurs croient que l'intervention proposée constitue une importante contribution à la préservation de la santé mentale au travail. C'est pour élargir sa diffusion qu'ils ont produit cet outil de vulgarisation qui facilite la compréhension de l'intervention et de la mise en oeuvre et son appropriation par d'autres milieux de travail.

Pour télécharger le do*****ent:
http://www.irsst.qc.ca/fr/_publicationirsst_100255.html
"




(commentaires ? | Score: 0)
Maladies psychosomatiques : quand l'esprit joue sur les maux
Sante
Sante
4601 lectures
Transmis par webmaster le 3 juin 2007 à 22:19:35

Invité a écrit : "

Maladies psychosomatiques : quand l'esprit joue sur les maux

Souffrances imaginaires ou vraies maladies ? Après être longtemps restées le domaine réservé des médecines parallèles, les maladies psychosomatiques intéressent aujourd'hui les plus grands scientifiques. Maladies de peau, mal de dos, hypertension… les preuves s'ac*****ulent sur les liens entre le corps et l'esprit.

Du corps à l'esprit

Maladies psychosomatiquesLa maladie peut-elle être l'écho d'un état d'angoisse ou de détresse morale ? Selon certains scientifiques, un choc psychologique est à même d'effondrer nos défenses naturelles et de déclencher une affection. Quelles sont ces affections ? Comment les traite-t-on ? Le point sur ces relations entre le corps et l'esprit.

Les maladies psychosomatiques
Le malade de l'imaginaire
Maladies ou malades psychosomatiques ?
Interview de Claude Smadja de l'Institut de Psychosomatique de Paris

Des conséquences variées

PsychosomatiqueStress, déprime, idées noires… Les pensées négatives seraient capables d'être à l'origine ou d'aggraver des maux aussi divers que la migraine, l'insomnie, les maladies de peau, la prise de poids ou le mal de dos ! Pour en savoir plus, Doctissimo vous présente les plus récentes études scientifiques sur le sujet.

Les maladies du stress
Stress : l’organisme en détresse
Le stress vous rend vulnérable
Pour vivre vieux, vivons heureux !
Stress : une menace insoupçonnée
La constipation commence-t-elle dans la tête ?

Fatigue et troubles du sommeil


Maladies de peau

Stress et fatigue : les idées reçues
Stress : gare à l'insomnie


Stress et acné : un duo diabolique
Bien dans sa peau !

Maladies cardiovasculaires


Ulcère, migraine, lombalgie…

Stress au boulot, coeur à vau-l’eau
Hypertension est-elle liée au stress ?
Gérer son stress et sa tension
Interview du Pr. Girerd
Ruminer est mauvais pour le coeur !


Quand le stress monte à la tête
Quand le stress n’a pas bon dos
La recherche face à l’ulcère

Prise de poids

Quand le stress fait grossir
Manger, une réponse naturelle au stress

http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/mag0316/dossier/sa_4500_psychosomatiques_niv2.htm

"




(commentaires ? | Score: 0)
Protection respiratoire contre les bioaérosols
Sante
Sante
4679 lectures
Transmis par webmaster le 3 juin 2007 à 22:16:18

Maura a écrit : "Protection respiratoire contre les bioaérosols recommandations sur le choix d’appareils


Montréal, le 20 juin 2007 - L’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) vient de publier un guide qui permet de mieux choisir les appareils de protection respiratoire contre les bioaérosols. Ces virus, bactéries, moisissures et les toxines en suspension dans l’air peuvent représenter un danger pour les travailleurs qui y sont fortement exposés. Le guide s’adresse entre autres aux travailleurs des centres de tri des ordures domestiques, des stations d’épuration des eaux usées, des entreprises agricoles, des établissements de transformation des aliments et des boissons et des centres hospitaliers,.
De nos jours, les risques d’exposition aux bioaérosols de nature infectieuse sont un sujet de préoccupation pour les intervenants en santé et en sécurité au travail. Dans le contexte d’une éventuelle épidémie en milieu de travail (SRAS, grippe aviaire ou porcine, tuberculose, anthrax), le choix et l’utilisation d’une protection respiratoire adéquate peuvent faire toute la différence.

Choisir le bon appareil
Omniprésents dans notre environnement certains bioaérosols ne nuisent pas à notre santé. Par contre, d’autres sont susceptibles de provoquer des infections, des allergies ou des intoxications. Le do*****ent offre une deion des appareils de protection respiratoire, des mécanismes de filtration, de même que des informations sur leur ajustement, leur étanchéité et leur entretien. Ensuite il présente des renseignements concernant la protection respiratoire requise pour des bioaérosols de type infectieux et non infectieux.
« S’appuyant sur les connaissances scientifiques disponibles, ce guide est un pas en avant. Mais afin de réduire les risques de transmission des maladies, il est important de poursuivre les recherches sur le comportement des microorganismes dans l’air. À cet égard, la mise en place d’un réseau multidisciplinaire de spécialistes pourrait répondre à ce besoin », a précisé Mme Diane Gaudet, présidente-directrice générale de l’IRSST, lors du lancement du guide.
Le Guide de protection respiratoire contre les bioaérosols est téléchargeable gratuitement : .

-30-

Pour information :
Jacques Lavoie, chercheur
Service de la recherche
IRSST
514 288-1551 "




(commentaires ? | Score: 0)
pour traiter les caries sans aiguille et sans fraise
Sante
Sante
4641 lectures
Transmis par webmaster le 2 février 2007 à 00:26:45

Tests cliniques dentaires pour traiter les caries sans aiguille et sans fraise
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/40999.htm
L'école de médecine dentaire de l'Université de Buffalo, sous la direction du chirurgien dentiste Sebastian Ciancio conduit deux études visant à tester un spray nasal anesthésiant dentaire et un traitement chimique permettant le traitement des caries.
Le spray nasal permet d'endormir la mâchoire supérieure et pourrait éviter l'administration d'anesthésiant par injection pour les procédures touchant les dents supérieures. L'essai étudie l'efficacité de l'administration par spray nasal d'un agent anesthésiant normalement utilisé lors des opérations du nez.
La deuxième étude consiste à tester l'utilisation d'ozone pour éliminer les bactéries présentes dans les cavités des dents cariées ainsi qu'à déterminer le potentiel de cette technique à remplacer le curetage de la lésion carieuse. L'étude permet d'évaluer l'efficacité de l'instrument de traitement, mis au point par Curozone à partir des travaux du Pr. Lynch à l'hôpital St Mary (Londres, R.U.) et en collaboration avec l'expertise de Micro Motors (Santa Clara, Californie). Cet appareil est distribué par Kavo Dental en Europe où la technique est utilisée depuis les premiers essais cliniques en 2001.

Si les résultats sont convaincants, l'utilisation d'ozonothérapie pourra s'étendre aux Etats-Unis. La capacité de cette technique à arrêter le processus de décomposition de la dent reste toutefois controversée. Son efficacité est la plus convaincante pour le traitement des caries superficielles ainsi que chez les jeunes patients.




(commentaires ? | Score: 0)
POUR ou CONTRE le port des bouchons d'oreilles ?
Sante
Sante
5752 lectures
Transmis par webmaster le 2 janvier 2007 à 23:40:52

POUR ou CONTRE le port des bouchons d'oreilles ?


Le port de bouchons d'oreilles est l'une des rares mesures préventives que peuvent adopter les spectateurs pour limiter les risques de traumatismes auditif en concerts ou en boîtes. Cependant, l'APTA est très réservée sur cette pratique et tient à mettre en garde contre un certain nombre de pièges.

Il faut avant tout savoir que les protections auditives jetables que l'on trouve en grandes surfaces ou en pharmacie (ex : bouchons de mousse EAR ou CHUTT, boules QUIES) sont inadaptées aux niveaux sonores très élevés. Ainsi, si elles atténuent généralement le son de 30 à 40 dB dans un environnement de 60 dB (niveau sonore d'une conversation animée), elles ne filtreront plus que quelques décibels dans un environnement de 120 dB (limite réglementaire actuelle en concert). On peut donc dire que ces protections sont insuffisantes au-delà de 100 dB environ, niveau sonore pourtant très souvent dépassé en concert et en boîte ! Porter des bouchons d'oreilles permet ainsi de limiter les risques, mais non d'être en sécurité lors d'un concert ou d'une sortie en boîte. C'est pourquoi certaines personnes ont subi des traumatismes auditifs invalidants en portant des protections jetables en concerts alors qu'elles se croyaient protégées.

Côté spectateurs, l'APTA redoute que le port des bouchons ne conduise certains à se croire invulnérables à toutes les agressions sonores et que cela ne favorise des comportements à risques, comme de rester tout près des enceintes.

Côté organisateurs et techniciens du son, l'APTA craint que la généralisation du port des protections lors des loisirs musicaux ne conduise à une escalade supplémentaire des niveaux sonores, annulant l'effet des protections et exposant ceux qui ne les portent pas à des risques encore plus élevés.

Enfin, devoir porter des bouchons d'oreilles pour écouter de la musique amplifiée est fondamentalement stupide : les amplis sont munis de potentiomètres, c'est le son qui doit être réglé pour ne menacer l'intégrité physique de personne, pas les gens qui doivent se boucher les oreilles ! Les spectateurs sont là pour écouter de la musique, pas pour risquer de voir leur audition et leur vie détruites !
Quand tout le monde portera des bouchons d'oreilles et que tous les concerts auront lieu à 120 dB pour bien faire vibrer les spectateurs à travers leurs protections auditives, faudra-t-il alors recommander en plus le port de casques anti-bruit ? Et ensuite, ce sera quoi... les scaphandres ??? Tourner un bouton (dans le bon sens), c'est gratuit, enfantin... et pourtant apparemment si peu pratiqué.

Malgré toutes ces réserves, l'APTA parle des protections auditives jetables car elles sont peu coûteuses (moins de 5 euros la paire) et réutilisables quelques fois. Surtout, les bouchons d'oreilles constituent pour les spectateurs l'une des seules possibilités de limiter les risques de traumatisme auditif. Mais ils ne permettent en aucun cas de les annuler. Un peu comme la ceinture de sécurité peut limiter la gravité des blessures lors d'un accident de voiture.

Si vous choisissez de porter des bouchons d'oreilles, veillez à toujours les enfoncer correctement et surtout à ne les retirer sous aucun prétexte pendant l'exposition au bruit.

Enfin, ceux qui cherchent une protection maximale (mais non totale : à 120 dB, aucune protection d'oreilles n'est totalement sûre) doivent faire réaliser chez un audioprothésiste des bouchons moulés avec filtre.
Moulés à la forme des conduits auditifs, ces bouchons antibruit sont composés d'un corps en silicone et d'un filtre acoustique central. Ce filtre permet de maintenir (voire de renforcer) la protection acoustique quand le volume sonore augmente. Ainsi, un bouchon moulé avec filtre, annoncé comme atténuant 30 dB en moyenne, le fera aussi bien dans un environnement à 60 qu'à 120 dB, ce qui n'est pas du tout le cas pour les protections jetables.
Le prix d'une paire de bouchons moulés avec filtre varie de 80 à 100 euros environ selon les marques et les modèles. Mais la protection offerte est très supérieure à celle des bouchons de mousse et autres boules pâteuses, et la durée de vie de plusieurs années.

http://www.audition-prevention.org/site/bouchons_oreilles.php




(commentaires ? | Score: 2)
Pourquoi le bio est moins cher ?
Sante
Sante
4884 lectures
Transmis par webmaster le 2 janvier 2007 à 23:40:01

Invité a écrit : "Pour savoir si un produit est plus ou moins cher, ne nous fions pas aux apparences ! En effet les produits alimentaires conventionnels industriels sont tellement chers que l’on ne peut faire payer au consommateur la totalité du prix.. Environ 1/3 seulement est payé par le consommateur, 1/3 est payé par le contribuable et un dernier 1/3 par la nature.





Curieusement ce n’est pas le contribuable qui se révolte en 1er, c’est la nature: en effet nous ne lui laissons plus le temps de renouveler ce qu’elle nous donne gratuitement et elle n’arrive plus a recycler nos déchets. Ceci dit, même en considérant la partie payée par le consommateur, les familles qui passent aux produits bio fermiers constatent qu’elles dépensent moins.



Comment est ce possible ? parce que, dans la nature comme dans la vie, ce qui est fabriqué lentement est plus solide. Un produit alimentaire végétal ou animal qui grandit à son rythme naturel est plus consistant et plus chargé de rayons du soleil, d’oligo-éléments et de vitamines, qu’elles viennent de la terre ou de l’air.




Est ce si compliqué de comprendre qu’un aliment qui coûte deux fois moins cher qu’un autre a poussé deux fois plus vite et contient donc deux fois moins d’éléments nutritifs ? Si vous mangez des aliments qui vous nourrissent vous avez moins besoin d’en manger et votre corps reçoit plus de vitamines, de fer, etc.


A vous de choisir ! acheter deux fois plus d’aliments qui vous nourrissent deux fois moins ou acheter deux fois moins d’aliments qui vous nourrissent deux fois mieux. Faites l’essai ! vous n’avez pas besoin d’un expert. Tenez achetez un poulet fermier bio d’un kilo et acheter un poulet industriel d’un kilo le moins cher possible ; mettez les au four et pesez les après la cuisson ; vous constaterez que le poulet industriel pèse moins que le poulet fermier bio.


La super grande arnaque de l’après guerre fut de convaincre le consommateur que c’était bien de ne pas acheter cher ; cela permet de lui vendre plus puisque pour avoir l’équivalence d’un produit de qualité il est nécessaire d’acheter deux produits pas chers. On a même réussi à convaincre la population d’acheter parce que c’est pas cher.

On voit ainsi des personnes acheter des produits parce que c’est pas cher et non parce qu’ils en ont besoin. Et comme on achète plus que l’on a besoin, il faut jeter et on taxe le contribuable pour détruire ce que l’on a produit et vendu. Ce que nous payons pas cher nous le payons avec nos impôts sous forme de subvention ou sous forme de recyclage de nos ordures car il y en a trop pour que la nature puisse les éliminer toute seule.


Achetons, seulement lorsque nous en avons besoin, des produits de qualité et nous dépenserons moins d’argent, nous aurons donc moins besoin d’en gagner et nous aurons plus de temps libre pour profiter de la vie, de notre famille, de nos amis … Tout le monde se plaint de la solitude ; c’est normal nous n’avons plus le temps de « relationner » puisque nous passons tout notre temps à gagner de l’argent pour acheter de plus en plus de choses.


Alors cela vous intéresse t’il de dépenser moins et mieux ? Apprenez à Manger Autrement et mieux ; c’est possible ! il existe de nombreux réseaux qui vous font découvrir cela au cours de soirées ou séjours conviviaux.


En savoir plus: cliquez sur Manger Autrement en bio


 


Jean-Yves Fromonot est l'un des fondateurs de l'Association Intelligence Verte.





Fondée par une quarantaine de personnalités parmi lesquelles on compte Pierre Tchernia, Michel Lis, Corinne Lepage ou Philippe Desbrosses, l'Association Intelligence Verte a pour but de sensibiliser le public à la sauvegarde d'espèces végétales menacées et au développement de la bio-diversité naturelle et humaine.




Vous retrouverez sur le site d'Intelligence verte, tout l'univers du bio avec des conseils de jardinage bio, de cuisine bio, sur le mode de vie bio et des articles pertinents avec un autre angle de vision sur l'actualité.

"




(commentaires ? | Score: 0)
La prévention des risques psychosociaux
Sante
Sante
5908 lectures
Transmis par webmaster le 3 juillet 2006 à 21:29:08

mariespy38 a écrit : "Bonjour,
je travaille dans l'organisme CALYPSO-IPRP, situé sur Grenoble. Nous sommes spécialisés en prévention des risques psychosociaux en entreprise.
Avec l'évolution du code du travail, la prévention de la santé mentale est obligatoire depuis 2001, dans chaque entreprise française. Afin de répondre aux obligations légales, les grandes entreprises peuvent débloquer des fonds, mais cela est plus difficile pour les PME et les TPE.
Aussi, savez vous ce que votre entreprise développe sur la prévention des risques psychosociaux? Et si vous avez déjà mis en place des dispositifs dans ce sens, pourriez vous m'en informer? Merci d'avance! "




(Suite... | 2 commentaires | Score: 0)

_NE_SELECT _NE_OF 2 _NE_PAGES.
News ©
   Information




Click to subscribe to apste_world


 



METEO FRANCE

Valid HTML 4.01!

   Sondage
Comment trouvez vous ce site?

Ummmm, pas mal
Cool
Terrible
Le Meilleur !
Qu'a t il de plus ?



Résultats
Sondages

Votes: 248
Commentaires: 0
   Recherche


   Qui est en ligne
Il y a pour le moment 18 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.
   Login
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Enregistrez vous !
En tant que membre enregistré, vous bénéficierez de privilèges tels que: changer le thème de l'interface, modifier la disposition des commentaires, signer vos interventions, ...
   utilisateur
Bienvenue, Invité
Surnom/Pseudo
Mot de Passe
(Devenez Membre)
Adhésion:
Dernier: LaurP
Aujourd'hui: 0
Hier: 0
Tous: 391

Public En Ligne:
Visiteurs: 18
Membres: 0
Total: 18
debian server DDOS protect
vipixel
hq tube
mtechnik mdesign

Site réalisé par PHP-Nuke

Tous les logos et marques sont des Propriétés respectives. Les commentaires sont la propriété respective de ceux qui les postent, tout le reste © 2005 est à www.apste.com.
Vous pouvez syndiquer nos News par le fichier backend.php ou ultramode.txt
PHP-Nuke Copyright © 2005 by Francisco Burzi. This is free software and you may redistribute it under the GPL. PHP-Nuke comes with absolutely no warranty for details see the license
[ Page Générée en: 0.13 Secondess (PHP: 15% - SQL: 85%) ] - [ Requetes SQL: 156 ]